Friday, March 10, 2006

De grâce ne parlez pas en notre nom

De grâce ne parlez pas en notre nom

Un fossé énorme sépare la réalité orientale pour ne pas dire le monde musulman et les fantasmes devenus certitudes de certains intellectuels occidentaux ou occidentalisés. Certaines idées et certaines lignes de pensée (les clichés et les préjugés) apparaissent dans une société, jouent leur rôle par l’orientation qu’elles donnent à ses attitudes et à ses prédilections, puis, vient un penseur ou un idéologue qui les théorise et les exprime en concepts qui leur assure une audience et leur donne une valeur de référence. C’est exactement ce qui semble s’être produit avec les fameuses caricatures danoises. Elles ont condensé en quelques traits de crayons un cliché encré dans la conscience occidentale depuis les évènements tragiques du 11 septembre 2001. Les initiateurs du manifeste « Ensemble contre le nouveau totalitarisme » s’inscrivent dans une dynamique belliqueuse théorisée par les nouveaux conservateurs américains, même si les douze apôtres (les signataires du manifeste) ont emballé leur appel à une nouvelle croisade dans les draps feutrés de la liberté et de l’égalité et de la laïcité pour tous ! Ce texte n’a aucune chance de trouver un écho favorable sur la rive orientale du monde puisqu’il perpétue l’idée selon laquelle la famille humaine est divisée entre ceux qui possèdent la science infuse et ceux qui vivent dans l’ignorance. Malgré le simplisme et l’essentialisme du manifeste et par son apparente innocence, son message véhicule l’idée selon laquelle la rencontre du monde musulman et du monde occidental ne pourrait être que sur un champ de bataille et s’ils devaient se retrouver ailleurs, ce serait pour échanger des injures. La démarche en elle-même et méprisante et prétentieuse, ces initiateurs portent en eux les germes de la suprématie intellectuelle et raciale, ils se croient investis d’une mission civilisatrice et salvatrice de la populace orientale. Le prétexte avancé pour justifier le manifeste « Les évènements récents, survenus à la suite de la publication de dessins sur Mahomet dans des journaux européens, ont mis en évidence la nécessité de la lutte pour les valeurs universelles »est l’exemple type de la Malhonnêteté intellectuelle, il défie les lois de l’analyse, les promoteurs du manifeste n’ignorent pas que la foudre n’éclate pas au hasard mais il lui faut au préalable une atmosphère chargée, une tension polarisée. Il se trouve que parmi les initiateurs du manifeste il y a Philipe Val chef d’orchestre en France de la provocation caricaturale, mais aussi des « intellectuels » aux noms exotiques en rupture culturelle, sensés apportés une caution universelle.
La réalité c’est qu’ils ne sont que les vecteurs inconscients des ingrédients du choc des civilisations, cités comme témoins privilégiés par leurs mentors occidentaux de l’intolérance de leur société et de la laideur des valeurs morales qui les régissent.
Imaginons les sarcasmes dans les mêmes cercles si demain le parti communiste chinois instrumentalise Arlette Laguiller en la présentant comme victime du libéralisme! Il est temps pour ces intellectuels de salon de quitter leurs fauteuils et leurs certitudes et de bien méditer la phrase du sage Zarathoustra " chaque peuple parle son langage du bien et du mal que son voisin ne comprend pas, il s'est inventé le langage de ses coutumes et de ses droits"
Le monde est pluriel, les schémas de pensée sont divers et que la barbarie n’est pas toujours du côté des disciples de Mahomet.
Nous sommes des millions dans le monde musulman à lutter pour l’avènement de la démocratie et de la liberté, on le fait au détriment de nos vies souvent dans l’anonymat. Nous savons que votre démarche n’est pas dénuée d’arrières pensées politiques, les calcules des uns, les intérêts des autres la rendent suspecte. C’est la victoire loyale et démocratique du Hamas dans les territoires palestiniens qui affole les commanditaires occultes de l’initiative, ce n’est pas un hasard si elle coïncide avec l’appel de certains avocats inconditionnels d’Israël de couper l’aide aux palestiniens.
J’entends déjà la réplique « pas de liberté aux ennemis de la liberté » c'est comme si les palestiniens vivaient en liberté ! Lorsque le peuple israélien a fait le choix de Sharon par les urnes alors qu’il disait haut et fort qu’il ne reconnaissait pas les accords d’Oslo, nos belles âmes n’ont rien trouvé à dire. Une pièce de théâtre en hommage à Rachel Corrie déprogrammée cette semaine sous la pression des groupes ultra sionistes à New York sous le prétexte hallucinant de la mauvaise santé de Sharon ! Où sont les chantres de la liberté d’expression ?
Fatigués des doubles discours, on ne peut plus des deux poids deux mesures, gardez votre paternalisme, ne pensez pas pour nous. Votre appel aux démocrates et aux esprits libres de tous les pays pour que notre siècle soit celui de la lumière et non de l’obscurantisme est parasité par les cris des suppliciés d’Abou Gharib, par les cauchemars des prisonniers fantômes de Guantanamo, vous n’êtes pas crédibles, de grâce ne parlez pas en notre nom !

Saturday, March 04, 2006

Le raciste Philppe Val crève la dalle

Flatter les plus bas instincts des masses
tout en se prenant pour Jean Moulin

Il semblerait qu’on rie beaucoup aux dépens des Arabes – pardon, des «intégristes» – à Charlie Hebdo en ce moment. Ça ne date d’ailleurs pas d’hier: il y a quelques années, quand Nagui était arrivé sur Canal Plus pour présenter Nulle part ailleurs, Cabu l’avait caricaturé en Une de Charlie Hebdo en chameau des publicités Camel. Canal Plus avait alors fait livrer par coursier à la rédaction un montage dans lequel, au-dessus de ce dessin, le titre «Charlie Hebdo» avait été remplacé par «National Hebdo».



S’étant peu à peu aliéné son lectorat d’origine, et ayant vu ses ventes baisser dangereusement, Charlie Hebdo en est désormais réduit, pour exister, à multiplier les coups de pub aussi lucratifs qu’insignifiants et à développer le «cobranding» tous azimuts. Après d’innombrables tentatives infructueuses pour créer un «buzz» médiatique autour du journal, comme en témoignaient semaine après semaine les titres d’un sensationnalisme maladroit étalés dans l’encart publicitaire de Libération, avec les caricatures danoises, enfin! ça a pris. Le créneau ultra-vendeur de l’islamophobie, sur lequel surfe déjà sans vergogne l’écrasante majorité des médias, permet de copiner avec les puissants et de flatter les plus bas instincts des masses tout en se prenant pour Jean Moulin: bref, c’est idéal. Sauf que, en s’y précipitant comme sur une aubaine, le journal achève sa lente dérive vers un marécage idéologique dont la fétidité chatouille de plus en plus les narines.

Dans son éditorial de ce fameux numéro publiant les caricatures danoises, Philippe Val écrit doctement que «le racisme s’exprime quand on rejette sur toute une communauté ce que l’on reproche à l’un des membres» (ce qui lui permet de conclure que «quand un dessinateur danois caricature Mahomet et que dans tout le Moyen-Orient, la chasse aux Danois est ouverte, on se retrouve face à un phénomène raciste comparable aux pogroms et aux ratonnades»). Or, «rejeter sur toute une communauté ce que l’on reproche à l’un des membres», c’est exactement ce que fait le dessin danois représentant Mahomet avec un turban en forme de bombe. Par une amère ironie du sort, Charlie Hebdo, ancien journal du combat antiraciste, a donc érigé en symbole de la liberté d’expression une caricature raciste. Dans le Monde diplomatique de ce mois, Alain Gresh cite le journaliste Martin Burcharth: «Nous, Danois, sommes devenus de plus en plus xénophobes. La publication des caricatures a peu de relations avec la volonté de voir émerger un débat sur l’autocensure et la liberté d’expression. Elle ne peut être comprise que dans le climat d’hostilité prégnante à tout ce qui est musulman chez nous.» Il précise aussi que le quotidien conservateur Jyllands-Posten, qui a fait paraître les caricatures de Mahomet, «avait refusé, il y a quelques années, de publier une caricature montrant le Christ, avec les épines de sa couronne transformées en bombes, s’attaquant à des cliniques pratiquant l’interruption volontaire de grossesse». Et c’est dans ce journal-là que Charlie Hebdo vient de publier la version anglaise de son «manifeste»!

Mais peu importe, car le créneau islamophobe a un autre avantage, qui, dans le cas de nos amis, s’avère particulièrement précieux: il est tellement en phase avec la bien-pensance majoritaire qu’il permet de raconter plein de conneries, ou de recourir au terrorisme intellectuel le plus éhonté, sans jamais être discrédité ou sérieusement contesté. S’il en allait autrement, Val pourrait-il affirmer par exemple à la télévision que, si on fait l’amalgame entre islam et terrorisme, c’est de la faute des terroristes islamistes – un peu comme si on rendait responsables du vieux cliché sur les juifs et l’argent, non pas les antisémites, mais les juifs riches?! Ou pourrait-il se féliciter, dans son édito, de ce que le dessin avec le turban en

Les yeux ouverts

Ce que vous pouvez lire ci-dessous sur « les taupes » est significatif. C’est un exemple qui nous amène à comprendre la gravité de la situation. Et si vous êtes Arabes - musulman doit vous alerter.

On vous soupçonne de tous les maux parce qu’Arabe ou musulman.

Le racisme réel que vous subissez ne pèse pas lourd au regard des médias qui vous accusent si facilement et abusivement d’antisémitisme.

Vous êtes infiltrés, vous êtes surveillés, vous êtes écoutés : pire vous êtes instrumentalisés par les partis et associations qui prétendent vous soutenir : les élections approchent et vous êtes une cible.

Vous devez savoir que dans ce contexte de soupçons, des mots et des gestes innocents, rapportés par un espion, peuvent être portés à charge. Les services secrets se servent d’espions qu’ils recrutent parmi les arabes surtout, pour mieux vous confondre. C’est dans les associations où vous vous sentez en sécurité, que les infiltrateurs, qui sont des gens comme vous et moi, opèrent de préférence. Les mouvements de défense des victimes Palestiniennes l’ont suffisamment montré.

Je suis triste de constater, qu’y compris dans mon entourage, je sens le racisme anti-arabe monter. Pas seulement à droite. De tous côtés. Je côtoie des intellectuels progressistes, des militants de gauche, PS, PC, qui se sont laissé embarquer par ces manipulateurs d’opinion qui ont depuis des années la parole et qui ont eu tout loisir d’insinuer habilement que les arabes « sont des fanatiques », ne « sont pas comme nous ».

Je peux jusqu’à un certain point comprendre qu’ils se soient laissés abuser. Car ceux des journalistes qui ont les manettes en main, sont souvent pro-israéliens ; ils ont donc une manière de présenter les choses et les faits de façon tendancieuse pour discréditer les Arabes, les Palestiniens, l’Islam avec lesquels Israël est en guerre perpétuelle.

Moi-même, sous l’influence de cette désinformation constante, avant d’aller au Moyen-Orient, j’étais confuse au point que même le voile, que l’ont montrait chez nous depuis longtemps, via la télévision notamment, comme un signe de fanatisme, me paraissait agressif.

Nous sommes désinformés. Les médias nous mentent, nous manipulent. Une poignée de soi disant philosophes et humanitaires nous ont depuis 30 années tirés, à notre insu, dans le sens de cette vision anti-arabe que répand Israël, un Etat qui est dans l’illégalité et cherche, par la désinformation, à justifier ses agressions contre eux.

Je dois le dire. Jamais j’ai du modifier mes habitudes d’occidentale quand j’allais vivre dans les pays arabo-musulmans. Chez eux, je me suis toujours sentie infiniment mieux accueillie qu’en Israël. Il y a de la tolérance chez eux. Il n’y a pas de racisme chez eux, contrairement à ce que l’on nous fait croire en Occident. Les Palestiniens ne combattent pas les gens de confession « juive », ils combattent les soldats qui les expulsent et les massacrent depuis 1948 au nom de la religion juive et pour occuper leur terre.

Le racisme anti-arabe s’exprime ouvertement en Israël. On est largement antisémites en Israël. On se méfie des Arabes en Israël, on les considère moins que des animaux. A Hébron j’ai vu des inscriptions faites par de colons juifs sur les demeures volées aux Palestiniens disant : « Mort aux arabes.

Nous sommes racistes en Occident. Je le répète, nous sommes d’autant plus anti-arabes que depuis 60 ans nous sommes imbibés par la campagne de dénigrement à leur égard, entretenue par Israël et les organisations qui dehors soutiennent cet Etat qui a instauré nombre de lois racistes et d’exclusions qui pénalisent les Palestiniens, les Arabes.

Quand je vois jour après jour, des présentateurs télévisés, chez nous, continuer d’inviter des personnalités violemment anti-arabes et ouvertement en faveur des guerres qui les massacrent - comme Val de « Charlie Hebdo », Kouchener, Finkielkraut, Adler, Gluckmann - pour débattre des questions soulevées par les conflits au Moyen-Orient, je me sens offensée. Je ne veux pas participer de cette information et de ce monde sans compassion là.

Je me sens offensée et je me dis que les journalistes qui donnent la parole à ces personnages, qui durant trente ans nous ont effrontément menti, savent ce qu’ils font, ce qu’ils veulent obtenir : nous diviser pour continuer de justifier les crimes d’Israël et des Etats-Unis contre ces Arabes qu’ils ont déshumanisés pour que l’on ne verse pas de larmes sur leur sort quand ils font des carnages ou on les avili par les tortures.

Je me sens écrasée par tant de mensonges et d’arrogance et je me dis qu’il n’y a aucun équilibre dans cette manière d’informer ; que ces journalistes ne s’en cachent même plus, tant la haine anti-arabes et anti-Islam est devenue chose banale : cette haine transparait de leur commentaires ou des questions qu’ils posent et personne ne les conteste. Le lendemain ils recommenceront.

Ouvrez les yeux. Prenez les choses en main. Ne laissez plus les partis politiques parler en votre nom. Vous êtes très forts si vous prenez conscience de ce qui se trame autours de vous, dans nos sociétés abondamment soumises à l’idéologie « de l’Axe du mal », instaurée par Bush, promue par les Etats-Majeurs qui en Israël n’ont pas d’autres mots que dire que les résistants contre leur occupation et leurs exactions sont « des terroristes » ; idéologie qui fait tâche d’huile chez nous et si on se tait elle ne fera que coloniser nos esprits.

Posez-vous à chaque fois la question. Pourquoi tel journal télévisé invite Val ou Adler - pour parler des tensions qu’ils allument et non pas un universitaire neutre ? Pourquoi tel site ne diffuse pas tel texte, tel auteur ? Et vous comprendrez alors bien des choses. Et vous finirez par identifier où sont les honnêtes gens. Et vous pourrez mieux vous défendre face aux manipualations.

Je crois en un monde plus humain, où l’on peut s’aimer et se respecter par delà les différences.

Je ne me suis jamais sentie agressée en Palestine ou en Syrie ou en Egypte. Je me sens constamment agressée par le racisme anti-arabe que l’on cultive ici ou en Israël, et qui se répand grâce au parti pris de journalistes ou personnalités malhonnêtes que je vois et j’entends chaque jour, comme vous, passer sur les ondes ou les plateaux, tendus par une idéologie précise, une idéologie qui divise, qui découle de la propagande qui veut nous vendre les guerres des Etats-Unis et d’Israël contre des peuples qui ne peuvent se défendre à armes égales, massacrés ou poussés à la folie.

Silvia Cattori.